Pour bien comprendre la différence, il faut revenir aux origines de l’engouement du public pour le parfum. Par exemple, en France, c’est le goût de Louis XIV et de l’ensemble de la cour pour les parfums qui a permis de lancer véritablement l’essor de l’industrie française du parfum. Conçu comme un produit de luxe, destiné à la haute bourgeoisie et à l’aristocratie, le parfum se veut comme un produit d’apparat. Les odeurs sont concentrées et regroupent beaucoup de senteurs rares, difficiles à obtenir car provenant de matières premières souvent très éloignées.

La démocratisation du parfum et le retour aux parfums particuliers

Après plusieurs décennies d’utilisation par la haute société, le parfum se démocratise petit à petit, et devient un objet de mode. Si aujourd’hui, certains flacons sont toujours des œuvres d’art réalisés dans un cristal rare, la plupart des gammes de parfums sont accessibles au grand public. De plus les senteurs sont plus travaillées et plus « légères » que par le passé, l’objectif premier du parfum n’étant plus d’afficher le cocktail de saveurs les plus exotiques qui soient.

L’industrie du parfum ayant beaucoup évolué, les coûts de fabrication ont pu être réduit. C’est aussi l’une des raisons de la baisse du coût. La possibilité de synthétiser chimiquement des éléments très rares (et donc très couteux) a permis d’assurer à chacun de pouvoir disposer d’un parfum. Avec cette démocratisation, comme c’est souvent le cas, est survenue une forme de standardisation chez les fabricants.

En effet les fabricants proposent alors des parfums dont la renommée se fait surtout autour du prestige des égéries et de la puissance des campagnes publicitaires associées. Des marques comme Dior et Chanel sont l’illustration parfaite de cette voie de développement du parfum. Si l’idée de luxe et de produit d’exception était toujours attribuée au produit, le parfum lui-même n’avait plus rien de rare, puisque de très nombreuses personnes allaient se tourner vers les mêmes fragrances. Le métier de parfumeur lui-même perdait de sa superbe, puisqu’il était bridé par les attentes du marché par rapport à ses propositions créatives.

L’essor du parfum de niche comme réponse

Face à cet appauvrissement dans le métier de « nez », plusieurs parfumeurs ont décidé depuis quelques années de créer la propre ligne de parfum pour assurer un meilleur niveau de qualité, et des parfums « uniques ». Dans la parfumerie de niche, dite confidentielle, les prix parfois élevés s’expliquent par la recherche d’ingrédients naturels et la quantité de travail nécessaire à l’assemblage des parfums. Les frais de publicité et de marketing étant beaucoup plus faibles que pour les grandes marques de luxe, plusieurs parfumeurs de niches proposent des parfums à des tarifs abordables pour le grand public. Nous pouvons citer par exemple le parfumeur parisien Nicolaï Parfumeur-Créateur, spécialisée dans des parfums mixtes, travaillant beaucoup le cuir et le bois pour des montages particulièrement originaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publié.

Vous pouvez utiliser des tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.